Soyez à l’affût de la performance de votre système « pointé-coulé »

Uncategorized Leave a Comment

LE TEMPS, C’EST DE L’ARGENT

C’EST AVEC DES QUARTS D’ONCE QU’ON FAIT DES ONCES

FAIRE FACE À LA PÉNURIE DE MAIN D’OEUVRE

CHOISIR LE BON SYSTÈME DE POINTÉ-COULÉ

Que ce soit pour le service de la bière, des cocktails, des vins ou des spiritueux, les systèmes de « pointé-coulé » ont le vent dans les voiles. Même s’ils représentent un certain investissement initial, le retour sur l’investissement s’avère toujours impressionnant. Si vous effectuez la vente de boissons alcoolisées et que vous hésitez toujours à faire la transition vers un tel système ou à fixer votre choix sur un service en particulier, voici quelques éléments à prendre en considération dans votre réflexion.

Vous le savez déjà : un système de pointé-coulé permet d’exercer un contrôle supérieur sur l’inventaire. Chaque consommation est comptabilisée – qu’elle soit achetée par un client, offerte à un membre de la brigade ou à un habitué ou encore, acheminée à la cuisine –même les bières en fût dont la coulée pose parfois des difficultés. Pour certains restaurateurs, les économies liées à ce contrôle sont déjà substantielles, mais vous êtes en  droit de vous demander si cela suffirait à rentabiliser votre investissement… En bref : un système de pointé-coulé performant, c’est tellement plus qu’un système antivol!

Le temps, c’est de l’argent

Outre le fait qu’un système de pointé-coulé garantit que chaque consommation vendue est facturée et exécutée avec précision, réduisant de beaucoup l’erreur humaine, un de ses principaux avantages relève du temps qu’il permet ou non d’économiser.

« Selon les établissements, le temps de balancement des caisses et des inventaires, là où il n’y a pas de système de contrôle installé, peut aller jusqu’à 3 heures. À 15$ de l’heure, c’est 45$ par jour qu’on ne reverra jamais! », expose Patrick McGown, directeur des ventes chez STR.

Du coup, il souligne que d’autres économies de temps sont à prévoir avec des systèmes intelligents comme AndroID. Certaines fonctionnalités avancées de gestion des cocktails permettent de programmer l’exécution simultanée de plusieurs consommations à base d’un même spiritueux (ex : Cosmo, Bloody et Black Russian, tous à base de vodka), ce qui évite d’avoir à changer systématiquement la bouteille si on réalisait chaque consommation une après l’autre. Mieux encore, la fonction « shaker » permet de réaliser plusieurs breuvages identiques en même temps.

Enfin, un activateur automatique permet de faire couler l’alcool à intervalle rapide plutôt que d’obliger le personnel à effectuer une gestuelle parfois disgracieuse. La manœuvre s’avère à la fois plus efficace et moins fatigante.

C’est avec des quarts d’once qu’on fait des onces

« En théorie, il y a 5 consommations de 5 onces et des poussières dans une bouteille de vin et tu n’as pas le droit de transvider un fond dans une autre », explique Patrick. En pratique, de plus en plus d’établissements offrent différents formats aux consommateurs et s’ajoute à cela l’imprécision liée au fait de verser manuellement le vin au verre. Résultat? Le client qui « finit » une bouteille reçoit souvent plus que la quantité prescrite, quand le fond ne se retrouve pas carrément ailleurs que dans la coupe d’un client.

Grâce à un système de contrôle de fût, chaque verre contient exactement la quantité payée. Si l’alcool vient à manquer dans la bouteille en cours de coulée, AndroID est doté d’une fonction qui permet de suspendre l’opération et de la compléter une fois que la nouvelle bouteille soit scellée avec un bec verseur.

Faire face à la pénurie de main d’œuvre

Carrément illégale quoiqu’assez répandue, la pratique qui consiste à déduire du salaire du personnel de service toute différence entre la valeur de l’inventaire en fin de soirée et les ventes encaissées a moins que jamais sa place dans un contexte où les établissements s’arrachent le personnel qualifié. En protégeant les deux parties, un système de pointé-coulé s’avère aussi bénéfique pour les employés que les employeurs.

Grâce à la fonction d’affichage des consommations sur tablettes (avec la recette et un visuel du produit fini), le système AndroID permet également de pallier le manque de personnel qualifié en offrant une aide additionnelle à l’exécution des cocktails. Ainsi, même un employé inexpérimenté peut exécuter des commandes en temps réel, ce qui diminue d’autant le temps de formation nécessaire et les erreurs tout en assurant une constance appréciable.

Choisir le bon système de pointé-coulé

Au-delà des aspects déjà couverts précédemment, d’autres facteurs techniques vont optimiser le retour sur l’investissement dans un système de pointé-coulé. Par exemple, AndroID est doté d’un débloqueur automatique intégré à même le « beigne » qui va envoyer 2 impulsions électriques afin de favoriser une coulée fluide, en particulier, pour les boissons collantes (ex : crème de menthe, Tia Maria…)

Pour ce qui est de la bière, plusieurs têtes automatiques sur le marché vont déverser toute la quantité de bière prévue en un seul trait. « C’est ce qui fait que ça mousse plus. Les puristes de la bière en fût estiment que celle-ci devrait parfois être coulée en deux traits, afin d’avoir le col parfait. Le système de contrôle de fûts Harton va le permettre, mais ce n’est pas toujours le cas pour les autres. »

Peu importe le système choisi, afin de rentabiliser l’investissement, il est impératif de procéder à un calibrage dans l’environnement de l’entreprise. Par exemple, l’once qui devrait s’écouler en 2.3 secondes prendra plus de temps dans le cas des boissons sucrées, gardées au froid. Une base de données contenant la plupart des références de calibration, par produit d’alcool, permet une économie de temps lors de l’installation tout en offrant une flexibilité d’ajustement par établissement. De cette manière, le client va recevoir ce pour quoi il a payé, ni plus ni moins.

Peu importe le système de pointé-coulé choisi, le travail d’équipe demeure un aspect crucial pour optimiser la vente de produits alcoolisées. Connectés à Maître’D, les systèmes AndroID (vins et cocktails) et Harton (bière en fût), permettent d’alléger la tâche grâce à des innovations technologiques qui reflètent une fine compréhension des enjeux liés au service de l’alcool dans toutes sortes d’établissements. Placez cette expertise à votre service, elle vaut son pesant d’or!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *